Naviguer dans les domaines du scope 3 et de la CSRD: de la complexité à l’opportunité

18th septembre 2023

people working in a field

Comprendre les émissions de GES

Les organisations du monde entier ont fait des progrès considérables dans la compréhension de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), en particulier dans le cadre de leurs propres activités (connues sous le nom d’émissions de scope 1 et 2). Cependant, la collecte de données précises sur les émissions à travers les chaînes d’approvisionnement, communément appelées émissions de scope 3, constitue souvent l’obstacle majeurdans la réalisation d’un inventaire global des gaz à effet de serre.

Alors que les risques liés au climat pour les organisations continuent de s’amplifier, des facteurs réglementaires tels que la directive sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD) ont ajouté une nouvelle responsabilité pour les entreprises dans la gestion de ces derniers.

Ces réglementations devraient bouleverser les rapports de développement durable des organisations, car elles imposent la publication annuelle des émissions (ainsi que d’autres données ESG) et des objectifs fixés pour les réduire.

Les organisations qui cherchent à suivre leurs émissions et à en rendre compte se heurtent souvent à un obstacle : le manque d’expertise en matière d’acquisition, de suivi et de déclaration des émissions sur l’ensemble de leur chaîne de valeur.

Le dilemme de la déclaration des émissions de scope 3

Alors que les émissions du scope 3 peuvent représenter une part substantielle des émissions totales d’une organisation, seule une fraction des entreprises s’est encore fixée des objectifs en la matière. Outre les réglementations de plus en plus strictes, la pression exercée sur les entreprises pour qu’elles s’attaquent aux émissions du scope 3 provient de sources internes et externes, notamment des clients et des investisseurs. En outre, pour ceux qui supervisent les plans de décarbonisation de leur organisation, le défi consiste souvent à essayer de comprendre et d’atténuer les émissions qui ne sont pas directement sous le contrôle de l’entreprise concernée.

Les organisations qui cherchent à suivre leurs émissions et à en rendre compte se heurtent souvent à un obstacle : le manque d’expertise en matière d’acquisition, de suivi et de déclaration des émissions sur l’ensemble de leur chaîne de valeur.

Naviguer dans la complexité de l’amont et de l’aval

Les entreprises sont aujourd’hui confrontées à la complexité de la chaîne d’approvisionnement tout en s’attaquant à leurs émissions et en les déclarant. Les efforts visant à rationaliser ces complexités et à développer des plans de réduction des émissions transparents pour le scope 3 peuvent être divisés en ce que l’on appelle les aspects en amont et en aval.

Description et Défi
En amontLes émissions provenant des matières premières, des fournisseurs, des composants nécessitent un engagement actif avec les fournisseurs et les vendeurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement.
En avalles émissions générées après la production d’un produit ou d’un service, pendant son utilisation ou son élimination nécessitent un suivi des émissions à tous les stades du cycle de vie suivant la création.

Secteurs à fortes émissions du scope ’3

Si la déclaration des émissions du scope 3 concerne toutes les organisations, certains secteurs ont une influence plus importante de ce scope dans leur impact total sur les GES. En haut de l’échelle, les émissions Scope 3 représentent plus de 99 % des émissions dans le secteur des services financiers ; en bas de l’échelle, elles ne sont responsables que de 16 % des émissions dans l’industrie du ciment.

En raison de la  CSRD, toutes les organisations soumises à cette Directive, seront tenues de soumettre des données sur leurs émissions du scope 3.

À mesure que le monde évolue vers le développement durable, l’adoption du reporting du scope 3 et de la CSRD deviennent essentielle pour permettre aux entreprises de prospérer et de contribuer à un avenir plus durable.

La CSRD et le lien avec le Scope 3

L’arrivée de la réglementation CSRD marque le début d’une nouvelle ère de transparence et de responsabilité pour les stratégies et les rapports liés au développement durable des organisations. Ces réglementations imposent une divulgation granulaire des émissions et l’établissement d’objectifs de réduction des émissions pour les scopes 1, 2 et 3.

Le premier ensemble de normes CSRD, adopté par l’ESRS le 31 juillet 2023, met l’accent sur les impacts matériels des organisations sur les personnes, l’environnement et les opérations commerciales sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Cela inclut les questions environnementales telles que les émissions de gaz à effet de serre, l’efficacité énergétique et les dépendances associées. Les considérations sociales sont également mises en avant, notamment les conditions de travail, les droits de l’homme et l’égalité des chances dans la chaîne de valeur.

La deuxième série de normes, qui sera adoptée le 30 juin 2024, vise à affiner le reporting en abordant les niveaux et les limites du reporting, en mettant l’accent sur l’importance des émissions du scope 3 dans la mesure de l’impact social et environnemental. Il est donc essentiel de s’assurer que vous êtes en avance sur ces réglementations en ce qui concerne l’obtention, le suivi et le reporting de votre Scope 3.

obligatoires de la csrd

Que peuvent faire les organisations pour aligner leurs chaînes d’approvisionnement sur la directive CSRD ?

Fixer des objectifs clairs, en particulier pour les émissions du scope 3, et formuler des stratégies solides pour les atteindre.

L’intégration d’un modèle complet de données sur les émissions du scope 3 offre des possibilités de prise de décision éclairée et d’engagement des fournisseurs au-delà de la conformité.

L’alignement des parties prenantes autour d’un ensemble de données commun permet de prendre des décisions éclairées et d’élaborer des stratégies adaptées.

En s’attaquant de manière proactive aux émissions du scope 3, les entreprises se positionnent en tant que leaders dans la transition vers un avenir net zéro. Si la conformité réglementaire est immédiate, les implications stratégiques de la fixation d’un objectif net zéro sont à long terme.

Malgré les défis, la prise en compte des émissions du scope 3 offre des possibilités de collaboration précieuse dans les chaînes d’approvisionnement, ce qui permet d’améliorer les produits et les services et de rendre plus crédibles les déclarations écologiques.

Rapport réglementaire sur le scope3 : FAQ

Tous ceux qui doivent se conformer à la CSRD. La CSRD exige la production de rapports sur le scope3, qui comprend la collecte d’informations sur le développement durable dans l’ensemble de la chaîne de valeur ou de la chaîne d’approvisionnement d’une entreprise.

Anthesis peut vous aider à impliquer vos fournisseurs et, à l’aide de notre outil exclusif de gestion des inventaires de GES, RouteZero, à soutenir la surveillance et la déclaration continues de vos émissions du scope 3. Vous voulez investir dans une solution de suivi, Anthesis peut vous aider.

L’empreinte carbone est la quantité totale de gaz à effet de serre (y compris le dioxyde de carbone et le méthane) générée par nos actions. De nombreuses organisations considèrent normalement qu’une empreinte carbone ne comprend que les émissions des champs d’application 1 et 2 ; cependant, un inventaire complet des GES (c’est-à-dire l’empreinte carbone) comprendrait également le scope 3.

La TCFD recommande aux entreprises de divulguer les émissions du scope 3 lorsqu’elles représentent une part importante (40 % ou plus) de leurs émissions globales de gaz à effet de serre.

La déclaration des autres émissions du scope 3 est volontaire, mais fortement encouragée lorsqu’il s’agit d’une source importante d’émissions.